Le superbe discours de Philip Wollen

Voici un discours fort, vrai, puissant. Probablement le meilleur discours que j’ai pu entendre sur le veganisme. Il est court et frappe violemment les idées reçus, baffant de la vérité les « croyants » et les « moutons », les égoïstes et les cupides.

Philip Wollen, ex-vice-président de la Citizen Bank, auxtralien, participe à un débat pro/anti veganisme au St James Ethics Centre et au Wheeler Centre en Australie et plus qu’un discours, y délivre une véritable performance.

J’ai trouvé la vidéo ici. On y trouve un lien vers l’intégralité du débat et surtout la retranscription du discours que je traduis ici en français:

Au nom du St James Ethics Centre, du Centre Wheeler, du Festival de la nourriture et du vin de Melbourne, du « Age », de la ville de Melbourne et de l’ABC qui ont tous travaillé ensemble pour faire de cet événement possible, je voudrais souhaiter la bienvenue à Philip Wollen.

(Applaudissements)

Le Roi Lear, tard dans la nuit sur les falaises demande au comte de Gloucester aveugle « Comment voyez-vous le monde? »
Et l’aveugle Gloucester répond: «Je le vois avec émotion ».
Ne devrions-nous pas le voir ainsi?

Les animaux doivent être hors du menu car ce soir ils hurlent de terreur dans l’abattoir, dans des caisses et des cages. Vils et ignobles goulags de désespoir. J’ai entendu les cris de mon père mourant alors que son corps était ravagé par le cancer qui l’a tué. Et j’ai réalisé que j’avais entendu ces cris avant. Dans l’abattoir, les yeux poignardés et les tendons tailladés sur le bétail expédié au Moyen-Orient et la baleine mère mourante, appelant son petit pendant qu’un harponneur japonais explose dans son cerveau. Leurs cris étaient les cris de mon père. J’ai découvert que quand nous souffrons, nous souffrons égaux. Et dans leur capacité de souffrir, un chien est un cochon est un ours, est un garçon. La viande est le nouvel amiante, plus meurtrière que le tabac.

Le CO2, le méthane, et l’oxyde nitrique de l’industrie du bétail tuent nos océans avec des zones mortes acides et hypoxiques. 90% des poissons de petite taille sont broyés en granulés pour nourrir le bétail. Les vaches végétariennes sont maintenant les plus grandes prédatrices du monde marin. Les océans meurent. En 2048 toute l’industrie de la pêche sera morte. Les poumons et les artères de la terre. Des milliards de petits poussins bondissants sont broyés vivants, simplement parce qu’ils sont de sexe masculin.
Seulement cent milliards de personnes ont déjà vécu. Sept milliards vivent aujourd’hui. Et nous torturons et tuons deux milliards d’animaux chaque semaine. Dix milles espèces entières sont anéanties chaque année à cause des actions d’une même espèce. Nous sommes maintenant face à la sixième extinction de masse de l’histoire cosmologique. Si n’importe quel autre organisme faisait ça, un biologiste dirait que c’est un virus. Il s’agit d’un crime contre l’humanité aux proportions inimaginables.

Le monde a changé. Il y a dix ans Twitter était un bruit d’oiseaux, www un clavier bloqué, les nuages étaient dans le ciel, 4G était une place de parking, Google était un son de bébé, Skype était une faute de frappe et Al Qaïda était mon plombier.

Victor Hugo a dit «il n’y a rien de plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue ».

Les droits des animaux sont maintenant le plus grand problème de justice sociale depuis l’abolition de l’esclavage. Il ya plus de six cent millions de végétariens dans le monde. C’est plus grand que les Etats-Unis, l’Angleterre, la France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Canada, et l’Australie réunis! Si nous étions une nation, nous serions plus grands que les vingt-sept pays de l’Union européenne! Malgré cette empreinte massive, nous sommes toujours noyés par les rauques cartels qui chassent, tirent et tuent, croyant que la violence est la réponse – alors que cela ne devrait même pas être une question. La viande est une industrie qui tue – les animaux, nous et nos économies.
Medicare a déjà fait faillite aux Etats-Unis. Ils auront besoin de huit milliards de dollars investis en bons du Trésor juste pour payer les intérêts. Ils n’ont précisément rien! Ils pourraient fermer toutes les écoles, l’armée, la marine, l’armée de l’air, et les Marines, le FBI et la CIA – et ils ne seront toujours pas en mesure de payer.

Cornell et Harvard ont dit que la quantité optimale de viande pour une alimentation saine, c’est précisément ZERO.

L’eau est le nouveau pétrole. Les nations iront bientôt faire la guerre pour ça. Les aquifères souterrains qui ont nécessité des millions d’années pour se remplir sont à sec. Il faut cinquante milles litres d’eau pour produire un kilo de viande de bœuf. Aujourd’hui un milliard de personnes ont faim. Vingt millions mourront de malnutrition. Réduire de 10% seulement la consommation de viande pourrait nourrir cent millions de personnes. L’élimination de la viande mettra fin à jamais la famine.

Si tout le monde avait un régime alimentaire occidental, nous aurions besoin de deux planètes Terre pour les nourrir. Nous n’en avons qu’une seule. Et elle est en train de mourir. Les gaz à effet de serre provenant du bétail sont de 50% plus élevés que le transport. . . . . avions, trains, camions, voitures, et bateaux. Les pays pauvres vendent leurs céréales à l’Ouest, tandis que leurs propres enfants meurent de faim dans leurs bras. Et nous en nourrissons le bétail. Donc, nous pouvons manger un steak? Suis-je le seul à voir cela comme un crime? Chaque morceau de viande que nous mangeons frappe le visage baigné de larmes d’un enfant affamé. Quand je regarde dans ses yeux, devrais-je me taire? La terre peut produire assez pour les besoins de chacun. Mais pas assez pour la cupidité de tous. Nous sommes face à une tempête parfaite. Si une nation mettait au point des armes qui pourraient causer de tels ravages sur la planète , nous lancerions une attaque militaire préventive et les renverrions à l’Age du Bronze. Mais ce n’est pas un Etat voyou. Il s’agit d’une industrie. Les bonnes nouvelles sont que nous n’avons pas à la bombarder. Nous pouvons tout simplement ne pas acheter. George Bush a eu tort. L’Axe du Mal ne passe pas par l’Irak, l’Iran ou la Corée du Nord. Il fonctionne grâce à nos tables. Les armes de destruction massive sont nos couteaux et fourchettes.

C’est le couteau suisse de l’avenir – il résout nos problèmes environnementaux, de santé, d’eau et met fin à la cruauté pour toujours .
L’âge de pierre n’a pas pris fin parce que nous avons manqué de pierres. Cette industrie cruelle prendra fin parce que nous n’avons plus d’excuses. La viande est comme les pièces de un et deux cents. Elle coûte plus cher à fabriquer que ce qu’elle vaut.

Et les agriculteurs sont ceux qui ont le plus à gagner. L’agriculture ne s’arrêterait pas . Elle prospérerait. Seule la gamme de produits changerait. Les agriculteurs feraient tellement d’argent qu’ils n’auraient même pas le temps de le compter. Les gouvernements nous aimeraient. De nouvelles industries émergeraient et s’épanouiraient. Les primes d’assurance santé seraient en chute libre. Les listes d’attente dans les hôpitaux disparaîtraient. Bon sang nous serions en si bonne santé que nous aurions à tirer sur quelqu’un juste pour ouvrir un cimetière! »

Alors ce soir, j’ai deux défis pour l’opposition:
1. La viande provoque un large éventail de cancers et de maladies cardiaques. Vont-ils nommer une maladie causée par un régime végétarien?
2. Je finance la trilogie « Earthlings ». Si l’opposition est si sûr de son opinion, je les mets au défi d’envoyer le DVD d' »Earthlings » à tous leurs collègues et clients. Allez-y, je vous met au défi .

Les animaux ne sont pas seulement d’autres espèces. Ils sont d’autres nations. Et nous les massacrons à nos risques et périls.

La carte de la paix est établie sur un menu. La paix n’est pas seulement l’absence de guerre. C’est la présence de la Justice. La justice doit être aveugle à la race, la couleur, la religion ou les espèces. Si elle n’est pas aveugle, elle sera une arme de terreur. Et la terreur est inimaginable dans ces horribles Guantanamos. Si les abattoirs avaient des parois de verre, nous n’aurions pas besoin de ce débat.

Je crois qu’un autre monde est possible. Lors d’une nuit tranquille, je peux l’entendre respirer.

Mettons les animaux hors du menu et de ces chambres de torture.

S’il-vous-plaît votez ce soir pour ceux qui n’ont pas de voix.

Merci.

14 Comments

  1. Pirard D. 25 août 2012 at 11 h 23 min #

    Merci Monsieur Wollen!
    J’espère que cela fera évoluer les consciences…

  2. Pirard D. 25 août 2012 at 11 h 25 min #

    Merci Monsieur Wollen.
    J’espère que votre discours fera évoluer les consciences…

  3. gilles 25 août 2012 at 18 h 07 min #

    stop cruelty

  4. Marie-Luce 27 novembre 2012 at 19 h 59 min #

    Merci d’avoir posté cette vidéo. Pensez à la diffuser encore et encore, sur les réseaux sociaux, etc. Que le meilleur vous accompagne!

  5. Claude 10 février 2013 at 20 h 01 min #

    Si on va jusqu’au bout de ce raisonnement, à quel titre un pied de mais ou un pommier aurait moins de droit que n’importe quel autre être vivant? Mangeons nous donc entre nous, comme ceci nous ne devrons rien à quoi que ce soit!

    • Vincent 15 février 2013 at 10 h 50 min #

      Vous ne comprenez pas ce raisonnement, donc vous dites les mêmes bêtises que d’autres personnes au QI limité. Le raisonnement est basé sur le droit des êtres conscients de ne pas souffrir et de vivre la vie qu’ils souhaitent. Pour information, car vous n’êtes clairement pas à la page niveau biologie, la conscience naît d’un système nerveux centralisé, ce que les plantes ne possèdent pas. Aujourd’hui, on sait, du moins ceux qui y travaillent et que ça intéresse, que 99% des différences annoncées entre « l’homme et les animaux » (une idiotie, déjà, car l’homme est un animal) sont fausses. A partir du moment où on considère le racisme comme un mal, et que les forts n’ont aucun droit sur les faibles, il est normal et naturel de considérer le spécisme comme un mal encore plus grand. D’ailleurs, si vous connaissez un peu la loi, vous savez qu’on triche juridiquement pour pouvoir faire autant de mal aux autres espèces animales. je vous invite à regarder le film « Earthlings », le « Nuit et brouillard » du 21ème siècle. Je pensais comme vous à une époque, j’ai pris le temps de réfléchir et d’arrêter de croire aux mensonges imposés par le traditionalisme, la religion, etc, et je suis arrivé aux mêmes conclusions que Leonard De Vinci, Einstein ou encore Bill Clinton. Le spécisme est un mal à combattre, et ceux qui ne font rien suivent le même raisonnement que ceux qui battaient les noirs, mettaient les juifs dans des camps, battent les femmes.

  6. Gallis Hélène 23 juin 2013 at 6 h 30 min #

    Votre discours me touche droit au cœur et aiguise ma conscience déjà en alerte depuis que je sais que notre planète est en danger et cela depuis une quinzaine d’année…Nous sommes effectivement tous coupable de la prise de pouvoir des gros pleins de fric…comme je les appelle moi …..A une époque nous étions que responsable de l’ampleur que prenait les élevages intensifs car nous étions bernés par les clichés d’une publicité grandissante qui nous assaillait de toute part en nous faisans croire que l’important était de posséder des biens de consommation ,même inutiles, toujours de plus en plus emballés.et propres…Ce qui éloignait le produit consommer de sa source d’origine. Un poulet déjà nettoyer , emballer, ou découper…des pommes de terre toute propre sans aucunes traces de terre comme si elles n’avaient pas pousser dans la terre justement….des poissons carrés qu’on imagine même pas avoir été pêcher….du lait stériliser prés à être consommer. tirer par des trailleuses électrique..des haricots verts du Kenya coupés en quatre..etc…bref ! le consommateur n’a plus rien à faire ou presque pour se mettre quelque chose sous la dent ! Il n’a plus besoin de tuer et de cueillir….ni de se salir les mains….Alors voilà comment on nous a rendu, des assassins à distance qui n’ont plus aucun sentiment pour la bête tuée par d’autre et que l’on n’a jamais vu vivante ( donc plus d’attachement )et plus aucun respect pour la terre nourricière qu’on a laissé au mains des grosses coopératives asseptiseuses! . Si demain il fallait que je tue un animal pour en manger la viande….je serai bien incapable de le faire….absolument ! car j’aurai l’impression de tuer un être vivant qui est à égalité avec moi sur son droit d’exister sur cette planète et cela sans souffrir. Je ne supporte d’ailleurs pas la vue d’un animal mort quelque soit la circonstance de sa mort. Donc, en eutarsie, dans la nature je serai végétarienne.. A l’époque où nos arrière-grands parents allaient avec noblesse prélever dans la nature de quoi se mettre des protéines dans le giron…et cela de temps en temps pour un événement particulier…., là, ils étaient à égalité avec n’importe quel prédateur carnivore qui chassait aussi pour sa survie. Mais maintenant qu’on nous à voler nos ressources naturelles locales pour nous les revendre au prix fort par un système économique capitaliste, qui vas même chercher sa main d’œuvre bien loin….En arrachant l’homme de sa terre ….on le rend comme les animaux captifs…dépendant d’un distributeur de nourriture….qui de plus est en débit continu…la profusion quoi ! Plus d’effort;….que du réconfort……ou récompense….Alors que la production de ses propres moyens de subsistance fait prendre conscience de la fragilité …de la valeur…de l’importance du bien être ….du sacrifice…de l’effort…du sacré…. du danger… de l’équilibre vitale à toute forme de vie. L’argent à remplacer l’outil, et l’outil crée le besoin maintenant alors que normalement c’est le besoin qui doit crée l’outil….! Nous sommes tous devenus fous….aliénés….et la culpabilité aveugle la conscience…..Nous voulons être tranquille …trop tranquille …installé confortablement dans la luxure( même discount ) pendant que nos parents esseulés dans des mouroirs ont la certitude d’avoir été abandonnés…écartés du chemin de leurs vies…Inutile en faite….!Oui parce qu’ils dérangent , témoins du gaspillage, de la frénésie collective qui espère du bien en faisant le mal, et pourtant ces personnes âgées qui ont connu des époques difficiles de restriction et de privation peuvent nous aider à devenir plus humble….moins compulsif, moins boulimique….moins gaspilleurs. Les personnes âgées ont un dégout pour la viande et cela n’est pas un hasard….elles se rapproche en vieillissant de la sagesse ancestrale des chasseurs cueilleurs qui ne prélevaient que le minimum vitale à leurs survie. Nous devons absolument pour renverser la vapeur rendre à César ce qui était à César….la justice c’est le symbole de la balance et pas besoin de dessin pour comprendre qu’il faut arrêter de tout mettre sur le même plateau…c’est à dire le profit qui est l’argent qui a remplacer l’outil !Reprenons notre missions sur cette Terre qui est de préserver l’équilibre vitale à toute forme de vie…et non plus qu’à la nôtre. Mais bien sûr, il y a déjà des dégâts irréversibles et des dégâts à venir inévitables parce que l’on ne choisit pas la simplicité et l’efficacité de mesure radicale pour anéantir la frénésie de l’appât du gain . C’est pour quand l’organisation d’une grande manif mondiale pour proposer à chacun d’arrêter d’engraisser des exterminateurs ???. Coluche avait dit  » Il est vrai qu’il suffit de ne pas acheter pour que ça ne se vende  » Mais comment le dire à ceux qui ne l’entende pas ? Il est tôt : une Tourterelle chante , innocente créature, sa dernière heure ou le chant de l’espoir…renvoyant le cri du silence en l’éternité…comme un écho ne voulant pas mourir ! Hélène Gallis

  7. sebastien duval 30 mars 2015 at 21 h 33 min #

    Le meilleur discours de tout les temps. A grave dans le marbre.

  8. Vincent Beve 31 mars 2015 at 21 h 41 min #

    Le meilleur des discours assurément ! Merci et bravo Monsieur Wollen !
    Que les choses bougent enfin !

    Je voudrais savoir ce qui a été fait suite à ce superbe discours , à t-il été entendu de tous ?

    • Vincent 18 avril 2015 at 15 h 57 min #

      Bonjour,
      Aucune idée. Même au sain de la communauté vegane, c’est un discours peu connu. L’homme est australien, ça fait loin…

  9. Vincent Beve 18 avril 2015 at 21 h 34 min #

    Merci. Ce discours est tellement fort et bien structuré qu’il a du faire réagir pas mal de monde sur l industrie de la viande ! Mr Wollen tourne son discours d’une façon à intéresser même les gens fermés !
    Cages vides ! N’oubliez pas : Ne rien faire c’est laisser faire ! Notre planète veux que l’on stop le carnage lié à l’industrie de la viande !
    NE rien faire c est laisser !

  10. Facchetti Patricia 1 juin 2015 at 15 h 17 min #

    Superbe discours qui préconise le respect de l’Autre Animal……..il est temps en effet de considérer la Terre comme notre Mère à tous et de considérer les Animaux comme nos frères et soeurs. La cruauté est gratuite mais fait jouir certains, ces derniers je leur souhaite tout le mal possible. On peut manger autrement, on peut produire autrement, il suffit que tous disent haut et fort C EST ASSEZ….cependant je suis assez pessimiste devant une paupérisation intellectuelle qui gagne nos jeunes, qui veulent tous ressembler aux stars des réality show….et à tous ces pourris qui se font du fric sur le dos des pauvres et des animaux. Pourtant j’ai envie de croire que le monde va bouger, non pas parce que sa conscience se sera réveillée mais parce qu’il n’aura pas le choix. En tout cas, merci à ce grand monsieur pour son discours pour ceux qui ne peuvent crier.

  11. demenagement tunisie 9 novembre 2016 at 13 h 50 min #

    Merci pour cet article, très intéressent

  12. société demenagement 13 février 2017 at 15 h 30 min #

    Je vous remercie pour ce site, c’est hyper intéressant

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

CommentLuv badge