Le cinéma en 3D

La semaine dernière est sorti le nouveau film d’animation de Henry Selick, réalsateur de “L’étrange Noël de Monsieur Jack”, et adapté d’un roman de Neil Gaiman. Comme maintenant quelques films d’animation, il est sorti dans certaines salles équipées en 3D. Il ne s’agit pas d’un film fait pour un parc d’attraction, il n’y a pas d’effets spéciaux 3D toutes les minutes, genre un personnage lance une balle vers les spectateurs. Coraline est le premier film en stop-motion entièrement réalisé en 3D, il est exploité en 3D ou, dans la plupart des salles françaises, en 2D.
Dimanche soir, je me suis donc déplacé jusqu’au MK2 Gambetta pour voir Coraline en 3D. Deux euros en plus pour la location des lunettes. De grosses lunettes de soleil, comme on en trouve au Futuroscope. L’expérience se révèle intéressante, la qualité est là, la 3D reste discrète. On est loin du film “Captain Eo” avec Michael Jackson à Disneyland, et les lunettes bleues et rouges.
Mais je m’interroge aujourd’hui sur l’intérêt du cinéma 3D, dont la présence dans nos salles (mais aussi en télévision) devrait augmenter ces prochaines années. Y en a-t-il un, en dehors de l’aspect divertissant? Aspect qui détourne peut-être le spectateur du film. Car les spectateurs sont déjà amusés avant même le début de la séance, principalement à cause des lunettes. Quand le film commence on sait déjà que l’on va l’apprécier. Et pendant le film le spectateur est autant pris par l’histoire que par la 3D. Parfois plus par la 3D…
Artistiquement, j’ai du mal à concevoir que la 3D puisse être utile. Bon, rappelons aussi qu’à l’arrivée du son puis de la couleur, la plupart des réalisateurs sont longtemps restés sceptiques. Mais si j’imagine bien l’utilité de la 3D en art vidéo, dans le but d’avoir une palettes d’effets plus importante et ainsi accéder à une plus grande liberté, ou comme c’est déjà le cas dans le film d’animation (quoique, il s’agit plus d’un gadget), je ne vois pas en quoi aller voir un film de Jacques Audiard ou David Lynch en 3D puisse être une expérience artistiquement enrichissante. Certes, un gros film d’action comme “Transformers” en 3D trouvera ses adeptes. Ce sera “cool”…Mais le film n’en sera pas meilleur. Au contraire la technique, comme c’est déjà le cas aujourd’hui avec l’augmentation exponentielle des effets spéciaux (aller voir comment Schwarzenegger a été “reconstruit” dans “Terminator Renaissance”, impressionnant) risque de détourner le spectateur de la qualité du film. Il ira au cinéma comme un enfant monte sur un manège et le cinéma 3D deviendra une industrie plus proche du jeu vidéo (alors que le jeu vidéo devient de plus en plus cinématographique), au risque de perdre totalement son aspect artistique.
Heureusement, la disponibilité de caméras de plus en plus performantes à des prix de plus en plus bas permettra toujours de voir quelques vrais artistes faire des films originaux, intéressants et intelligents, loin d’Hollywood et de ses gadgets.

Post a Comment

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*